Appel à contributions, Numéro 149, volume 2

 

Appel à contributions no 149, volume 2 

Regards sur la diversité des visages de la proche aidance en 2020

Sous la direction de Marie-Hélène Morin, T.S., Ph.D., Professeure, Département de psychologie et de travail social, Université du Québec à Rimouski

En ce début de nouvelle décennie, il nous semble tout à fait à propos de poser un regard large sur la proche aidance. Bien que cette réalité ne soit pas nouvelle, elle emprunte désormais une diversité de visages, d’âges et de contextes. De fait, l’exercice de la proche aidance ne se limite plus seulement au contexte du vieillissement et n’appartient pas à un seul type de situation de dépendance ou de vulnérabilité. À preuve, ce rôle est de plus en plus reconnu, par exemple pour des parents d’enfants lourdement handicapés ou pour des membres de la famille qui soutiennent une personne atteinte d’un trouble mental grave ou d’une déficience physique ou intellectuelle. Ce qui relie les situations de proche aidance entre elles, c’est le fait de soutenir une personne qui doit composer avec un état de vulnérabilité importante, à tout moment de la vie et sans discrimination concernant la condition qui a entrainé cette situation de dépendance.

À un moment où cette diversité des visages de la proche aidance est en cours de reconnaissance sur les plans politique et social – pensons ici à la consultation qui a été menée par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en décembre 2018 afin d’élaborer avec les acteurs concernés une politique nationale de proche aidance –, il est évident qu’au quotidien, l’existence de ces réalités teinte déjà inévitablement la pratique du travail social, au Québec et ailleurs.

L’objectif de ce numéro thématique est de poser un regard étendu sur ces réalités, en offrant une vision élargie et décloisonnée de la proche aidance. Nous souhaitons rassembler des textes qui permettront : a) de documenter les principaux jalons du développement du concept de proche aidance et de sa reconnaissance comme réalité politique et sociale; b) de poser un regard sociologique, voire même économique sur l’exercice d’un rôle informel de soutien et c) d’illustrer des exemples tirés de la pratique où l’exercice de la proche aidance est au cœur du quotidien d’intervenants et de travailleurs sociaux, de familles et de proches. L’hypothèse qui guide cet appel à contributions est la suivante : peu importe le contexte, et même si certaines spécificités doivent être considérées à juste titre, être un proche aidant renvoie autant à des défis qu’à des sources de gratification, qui peuvent être similaires et pour lesquels il serait pertinent de repérer les convergences en vue d’une reconnaissance plus globale du phénomène.

Ultimement, il est souhaité que ce numéro permette de dégager les implications de la proche aidance pour le travail social. Comme travailleurs sociaux, comment pouvons-nous agir pour soutenir, comprendre et défendre la réalité des personnes qui soutiennent l’un des leurs, souvent avec peu de repères et peu de moyens ? Le travail social comme discipline et champ de pratique du social peut-il être un catalyseur pour favoriser la reconnaissance de ce rôle dans notre société actuelle?

Nous attendons avec intérêt vos contributions.

 

Date de tombée des résumés (350 mots maximum) : 21 juin 2019
Date de tombée des articles : 14 octobre 2019
Courriel : revue.intervention@otstcfq.org

Pour de plus amples informations, vous pouvez communiquer avec :

Marie-Hélène Morin
Courriel : marie-helene_morin@uqar.ca

ou

Sarah Boucher-Guèvremont, T.S, Rédactrice en chef
Téléphone : 514-731-3925, poste 251
Courriel : sbguevremont@otstcfq.org

Consulter le guide de rédaction des articles