« Je ne m’identifie pas comme fille, je suis une fille » : être jeune, trans et placé.e par la Direction de la protection de la jeunesse

« Je ne m’identifie pas comme fille, je suis une fille » : être jeune, trans et placé.e par la Direction de la protection de la jeunesse

Par
Valeria Kirichenko,
En savoir plus

Candidate à la maîtrise, École de travail social, Université de Montréal
valeria.kirichenko@umontreal.ca

-
Annie Pullen Sansfaçon, Ph.D.
En savoir plus

Professeure, École de travail social, Université de Montréal
a.pullen.sansfacon@umontreal.ca

-

Cliquez sur l'icône pour télécharger le PDF

 

RÉSUMÉ :

Les jeunes LGBTQ en contexte de placement font face aux mêmes difficultés que les autres jeunes placé.e.s. Leurs vulnérabilités sont cependant exacerbées par l’abus et le rejet vécus dans leur vie, et leurs expériences de placement sont par conséquent rarement positives. Or, peu de recherches ont étudié spécifiquement les expériences de jeunes trans placé.e.s. Afin de combler ce manque de connaissances, cet article se base sur la théorie de la reconnaissance afin d’analyser des résultats tirés d’un projet de recherche qualitative visant à définir les facteurs influençant le bien-être de jeunes trans de 15 à 25 ans au Québec. L’analyse de quatre entrevues en profondeur a fait émerger deux thématiques : le déni de reconnaissance de l’identité de genre et l’absence de soutien pour faire face au mépris ainsi que les expériences positives. De plus, quatre pistes d’amélioration sont proposées par les participant.e.s. Alors que certaines expériences contribuent au bien-être des jeunes, d’autres représentent une barrière à leur autonomie et à la réalisation de soi. L’élaboration de projets de recherche exhaustifs est recommandée pour explorer ce sujet de manière plus approfondie.

MOTS-CLÉS :

Protection de la jeunesse, jeunes, trans, reconnaissance, identité de genre, oppression


ABSTRACT:

LGBTQ youth in out-of-home care face the same difficulties as other young people in the youth protection system. However, their vulnerabilities are compounded by the abuse and rejection experienced in their lives and their experiences in care are therefore rarely positive. Yet, few studies have specifically investigated the experiences of trans youth in care. To fill this gap, our article draws on the recognition theory in order to analyze the findings of a qualitative research project aiming to identify factors influencing the well-being of Quebec trans youth between the ages of 15 and 25. The analysis of four in-depth interviews revealed two main themes—denial of recognition of gender identity and lack of support in facing situations of non-recognition—as well as positive experiences. In addition, four areas for improvement are suggested by participants. While some experiences contribute to the youths’ well-being, others represent a barrier to their autonomy and self-realization. More in-depth research is recommended to further explore the experiences of trans youth in out-of-home care.

KEYWORDS:

Youth protection, youth, trans, recognition, gender identity, oppression