Regard critique sur l’imposition des normes de qualité en CHSLD : le cas spécifique de l’approche milieu de vie

Regard critique sur l’imposition des normes de qualité en CHSLD : le cas spécifique de l’approche milieu de vie

Par
François Aubry, Ph.D.
En savoir plus

Professeur, Département de travail social, Université du Québec en Outaouais
francois.aubry@uqo.ca

-
Yves Couturier, Ph.D.
En savoir plus

Professeur, École de travail social, Université de Sherbrooke
Yves.Couturier@USherbrooke.ca

-

Cliquez sur l'icône pour télécharger le PDF

 

RÉSUMÉ :

L’objectif de cet article est de présenter un point de vue critique sur la notion de milieu de vie en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Plus précisément, nous remettons en question les modalités d’imposition des normes de qualité à l’ensemble des membres de cette organisation, principalement aux préposés aux bénéficiaires, qui sont particulièrement proches des résidents. Nous émettons l’avis que l’ensemble des membres de ces organisations (gestionnaires, professionnels et employés) devraient davantage participer à la définition de cette notion. Actuellement, la solution privilégiée pour accroitre la qualité des pratiques et l’humanisation du milieu est la formation du personnel. Cette stratégie a certes plusieurs avantages, mais demeure limitée si l’organisation du travail n’est pas elle aussi prise en considération.

MOTS-CLÉS :

Milieu de vie, CHSLD, préposés aux bénéficiaires, normes de qualité


ABSTRACT:

The purpose of this article is to present a critical point of view on the notion of “living environment” in long-term care centres (CHSLD). More specifically, we question the way in which quality standards are imposed on all members of this organization, mainly the beneficiaries’ attendants who are closer to the residents. We recommend that all members of these organizations (managers, professionals and employees) participate in the definition of this concept. Currently, the preferred solution for increasing the quality of practices and the humanization of the environment is staff training. This strategy has several interests, but remains limited if the organization of work is not considered.

KEYWORDS:

Living environment, geriatric organizations, beneficiaries’ attendants, quality norms