Numéro 147

Présentation

À la croisée des chemins, le travail social se retrouve aujourd’hui dans tous ses états. Le contexte sociopolitique actuel, les multiples transformations du réseau de la santé et des services sociaux, les enjeux reliés à l’application du PL 21 ainsi que les problèmes sociaux en émergence influencent, voire refaçonnent les façons de faire et de penser l’intervention sociale.

Geneviève Cloutier, T.S., Courtière en connaissances, OTSTCFQ

Sarah Boucher-Guèvremont, T.S., Rédactrice en chef, Revue Intervention, OTSTCFQ

Voir l’article

Défis pour les travailleuses sociales : participer au renouvellement des pratiques sociales dans un contexte de performance au travail

Dans cet article, les auteurs présentent les répercussions des récentes réformes du réseau de la santé et des services sociaux québécois, mais plus spécifiquement celles découlant de la loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l’abolition des agences régionales, en portant attention à ses impacts sur les travailleuses sociales et les pratiques professionnelles.

Josée Grenier, T.S., Ph.D., Professeure, Département de travail social, Université du Québec en Outaouais, Campus St-Jérôme

Mélanie Bourque, Ph.D., Professeure, Département de travail social, Université du Québec en Outaouais, Campus St-Jérôme

Yvon Boucher, M.Sc., Chargé de cours, Université du Québec en Outaouais

Voir l’article

Le travail social et l’art de se maintenir dans tous ses états

Dans cet article, nous désirons prendre la mesure des interrogations qui portent à croire que le travail social serait dans tous ses états.

Stéphane Richard, T.S., Ph.D., Professeur, École de service social, Université Laurentienne

Roger Gervais, Ph.D., Professeur, Départements des sciences humaines, Université Sainte-Anne, Nouvelle-Écosse

Voir l’article

Le point de vue des intervenantes de première ligne sur la pratique surspécialisée en santé mentale : une contribution à la définition de l’identité professionnelle des travailleuses sociales

S’appuyant sur une démarche de recherche collaborative menée conjointement avec un groupe de travailleuses sociales de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ), cette étude s’intéresse à la pratique surspécialisée (dite de troisième ligne) du service social en santé mentale, à partir de la perception des intervenants de première ligne.

Marie-Hélène Morin, T.S., Ph.D., Professeure, Département de psychologie et de travail social, Université du Québec à Rimouski

Audrey Bernard, M.S.s. (c.), Centre de recherche sur les soins et les services de première ligne de l'Université Laval

Anne-Catherine Darveau, T.S., Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale, site Institut universitaire en santé mentale de Québec

Karine Gaudreault, T.S., Chargée de projet, Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale

Isabelle Fillion, T.S., Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale, site Institut universitaire en santé mentale de Québec

Annabelle Leclerc, T.S., M.S.s., Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale, site Institut universitaire en santé mentale de Québec

Karl Turcotte, T.S., Professionnel conseil en travail social, Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale, site Institut universitaire en santé mentale de Québec

Nadia Veilleux-Dubois, T.S., Centre intégré universitaire en santé et services sociaux de la Capitale Nationale, site Institut universitaire en santé mentale de Québec

Voir l’article

Les travailleurs sociaux formés à l’étranger : socialisation et adaptation professionnelle en contexte de pratique québécois

Formés en travail social dans leur pays d’origine, de nombreux travailleurs sociaux ayant immigré au Québec exercent dorénavant la profession dans la grande région métropolitaine de Montréal. Cette transition implique le transfert de connaissances professionnelles, mais également l’acquisition de nouvelles connaissances locales, nécessaires à la pratique du travail social dans un contexte façonné par des réalités socioéconomiques, politiques et culturelles différentes.

Stéphanie Ethier, T.S., Ph.D. (c.), École de travail social, Université de Montréal

Annie Pullen Sansfaçon, T.S., Ph.D., Professeure, École de travail social, Université de Montréal

Voir l’article

L’autonégligence des personnes aînées : la construction d’un problème social complexe qui pose de multiples défis pour l’intervention

L’autonégligence des aînés est un problème social peu documenté au Québec. Cet article vise à mieux saisir les défis de l’intervention, ainsi que des pistes possibles d’intervention pour les intervenants sociaux qui œuvrent auprès d’une clientèle aînée en situation d’autonégligence.

Fiona Neesham-Grenon, T.S., M.Sc., Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie – Centre hospitalier de l’université de Sherbrooke

Caroline Pelletier, T.S., Ph.D. (c.)., Coordonnatrice du projet de recherche DAMIA, chargée de cours à l’Université de Sherbrooke, Centre de recherche sur le vieillissement de Sherbrooke, Université de Sherbrooke

Marie Beaulieu, Ph.D., Professeure, École de travail social, Université de Sherbrooke

Voir l’article

Intervention auprès des pères séparés ayant des difficultés d’accès à leurs enfants : un exemple de pratique prometteuse

Le présent article porte sur les pratiques sociales prometteuses auprès de pères ayant des difficultés d’accès à leur enfant à la suite d’une séparation conjugale. Une recherche effectuée auprès de pères ayant utilisé les services de l’organisme Pères séparés inc. a permis de dégager quelques constats pratiques.

Jean-Martin Deslauriers, T.S., Ph.D., Professeur, École de service social, Université d’Ottawa

Diane Dubeau, Ph.D., Professeure, Département de psychoéducation et de psychologie, Université du Québec en Outaouais, Campus Saint-Jérôme

Voir l’article

Les pratiques alternatives et complémentaires en Centre d’hébergement de soins de longue durée et le travail social

Depuis plusieurs dizaines d’années, les pratiques alternatives et complémentaires connaissent un grand engouement parmi le public et sont de plus en plus utilisées dans le réseau de la santé, notamment en Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD). Dans cet article, nous nous intéressons aux fondements de ces pratiques, définies en fonction du modèle biomédical, et nous explorons les spécificités du paradigme relationnel et holistique caractérisant ces pratiques.

Grégory Ardiet, T.S., Ph.D. (c.), Chaire de recherche sur le vieillissement et la diversité citoyenne, Université du Québec à Montréal

Voir l’article

PISTE DE LECTURE | Autorité et gestion de l’intervention sociale : entre servitude et actepouvoir

Il s’agit d’un manuscrit qui donne à réfléchir sur la notion d’autorité, notamment sur les façons de la concevoir et d’y réagir lorsqu’elle est observée dans les pratiques de gestion de l’intervention sociale au Québec et en Suisse.

Michel Parazelli et Isabelle Ruelland,

Résumé et commenté par Stéphane Richard, T.S., Ph.D., Professeur, École de service social, Université Laurentienne

Voir l’article

PISTE DE LECTURE | Erving Goffman et le travail social

Fruit d’un collectif d’auteurs variés, le livre Erving Goffman et le travail social, codirigé par Stéphanie Garneau et Dahlia Namian, a pour objectif de mettre en lumière les liens qui unissent l’œuvre de Goffman et les enjeux du travail social contemporain.

Stéphanie Garneau et Dahlia Namian (sous la dir.),

Résumé et commenté par Jeanne Boulva-Bélanger, T.S., Équipe itinérance, CIUSS du Centre-Sud de l'Île de Montréal, CSSS Jeanne-Mance, CLSC des Faubourgs

Voir l’article